Des séances longues et peu intense pour maigrir ?

Pour maigrir, faut il privilégier les séances longues et peu intense à des séances plus courtes mais de haute intensité  ?

 

La réponse à cette question est  NON. Les études sur la question démontrent une bien meilleure efficacité de l'entraînement à haute intensité sur la réduction du taux de graisse corporel. 

 

 

Que compare t'on exactement ?

On compare des séances d'entraînement sportif qui représentent des dépenses énergétiques similaires, les unes proposant une intensité relativement faible, aux alentours de 50% du Vo2Max  et d'autres beaucoup plus intenses mais plus courtes (proches du VO2Max, fractionnées ou non), qui, au final, ont produit la même dépense énergétique.

 

Comment peut-on l'expliquer alors que l'on sait qu'il existe un niveau d'intensité "optimal" pour brûler un maximum de lipides pendant l'effort ?

Tout simplement parceque les effets ou l'impact physiologique d'une séance de sport ne s'arrête pas à la fin de la séance. L’oxydation des lipides notamment se poursuit après l’effort et elle se poursuit plus ou moins fort et longtemps selon l'effort fourni. C'est ainsi qu'un effort intense, même maintenu moins longtemps, entraîne une bien meilleure oxygénation des tissus, sollicite plus intensément et mets à contribution un bien plus grand nombre de mitochondries, les usines à graisses des muscles, et vide davantage vos réserves de glycogène musculaire qui seront en partie reconsistuées après l'effort à partir des stocks de graisse. On voit bien là les limites, pour ne pas dire l'inutilité dans ce contexte, d'outils comme le lipoxmax qui permet de définir un niveau d'intensité d'effort optimal pour brûler un maximum de graisses pendant l'effort.


Voir également à ce sujet notre article : Zone de combustion des graisses, mythe ou réalité ?

N'hésitez pas à poser vos questions au sujet des intensités d'entraînement dans notre forum cardio training

 

 

Quelques sources :

Borsheim E, Bahr R.
Effect of exercise intensity, duration and mode on post-exercise oxygen consumption - 2003 : http://www.scielo.br/pdf/rbme/v12n6/en_a18v12n6.pdf

Braun WA, Hawthorne WE, Markofski MM.
Acute EPOC response in women to circuit training and treadmill exercise of matched oxygen consumption - 2005

Schuenke MD, Mikat RP, McBride JM.
Effect of an acute period of resistance exercise on excess post-exercise oxygen consumption : implications for body fat management - 2002