Le Blog TPLF : articles, conseils, exercices



Votre pub ici ?

Vous souhaitez sponsoriser un article et placer un visuel ici ? Contactez-nous !


La fatigue

Présentation

La fatigue peut se présenter sous des aspects très différents. Elle peut être subjective ou objective et est souvent évoquée pour expliquer la baisse de rendement ou d'efficacité de l'organisme d'un sportif. La fatigue diffère de la sénescence, du vieillissement, qui entraîne une dégradation irréversible des performances physiques.
La fatigue doit être considérée comme un système avertisseur destiné à éviter le surmenage de l'organisme ou de l'une de ses parties.


Les signes de la fatigue

La fatigue physiologique qui apparaît après une compétition, une séance d'entraînement, une journée de travail, ... doit disparaître en quelques heures ou après une une bonne nuit de repos.

Lors d'un effort inhabituel en qualité ou en quantité et lorsqu'il existe une inadéquation entre les capacités d'adaptation de l'organisme et le niveau de sollicitation, des signes durables vont apparaître.

1- Modification de l'excitabilité du muscle

- tension musculaire plus forte
- amplitude de la contraction diminuée
- le muscle a tendance à entrer en état de contracture
- augmentation de la production de chaleur sans travail utile
- douleurs diffuses au niveau des articulations et des muscles
- troubles du tonus musculaire se traduisant par une hypotonie des extenseurs


2- Modifications cardio-vasculaires


- fréquence cardiaque élevée même au réveil
- fréquence cardiaque qui s'élève anormalement et baisse très lentement après l'effort
- tension artérielle plus élevée qu'à l'habitude
- pincement de la différentielle (ex : tension artérielle de 10/7 au lieu de 13/6)
- modifications de l' électrocardiogramme typique


Modification de l'excitabilité du système nerveux

La fatigue altère les voies afférentes provoquant une dysharmonie dans le bon fonctionnement de l'arc reflexe. De plus, la fatigue est importante dans l'écorce cérébrale. Ceci entraîne des trempblements, une incoordination, des témulations musculaires (doigts, paupiéres) et une augmentation ou une diminution du tonus musculaire.


Modifications respiratoires

- baisse de la capacité vitale
- augmentation de la fréquence respiratoire
- baisse du volume courant
- mauvaise synergie des muscles inspiratoires et expiratoires à l'effort


Modifications et troubles digestifs

Nausées, vomissements, troubles de l'apétit, ballonements, constipation, diarrhée, digestion lente et pénible.


Autres modifications physiologiques liées à la fatigue

Fièvre, troubles du comportement (apathie, agressivité), changements d'humeur rapides, troubles du sommeil, herpès labial, perte de poids, furoncles sur les fesses ou dans le dos, mauvais fonctionnement hépatique, yeux cernés, traits tirés, dos rond, épaules tombantes.

L'individu, le sportif, ne présente biensur pas forcément tous ces signes en même temps mais 2 ou 3 suffisent pour alerter l'observateur ou le sportif lui même.


Les causes de la fatigue

a- Métode d'entraînement

- La structure des micro et mésocycles ne tient pas suffisamment compte des temps nécessaires aux processus physiologiques de récupération.
- Progression de la charge de travail trop rapide
- Nombre de compétitions excessif
- Objectifs de départ trop ambitieux
- Trop grande part de travail technique (au détriment de l'aspect ludique)


b- Hygiène de vie

- régime alimentaire inadapté
- carence vitaminique
- consommation excessive d'excitants
- manque de sommeil
- surcharge pondérale
- état emotionnel perturbé (vie sociale, professionnelle)


c- Environnement


Difficultés de composer entraînement sportif et obligations/responsabilités professionnelles & familliales, ...


d- Santé

Séquelles de maladies, foyers infectieux (dents, ...), athme, troubles gastro-intestinaux, ... sont autant de facteurs qui peuvent influer sur l'état de fatigue du sportif.


Le diagnostique de la fatigue

Un test unique ne permet pas de mettre en évidence le mecanisme complexe de la fatigue. Une série de tests est nécessaire. On évalue :

- la fonction respiratoire (test d' apnée)
- la consommation maximale d'oxygène (VO2Max) (test de cooper, de Luc Leger, de Ruffier Dickson)
- prise du pouls au repos et de la tension artérielle
- éléctrocardiogramme
- étude des courbes d'excitabilité neuromusculaires
- évaluation des temps de réaction
- études biochimiques (prise de sang, analyse d'urine)


Le traitement de la fatigue

Il n'y a pas de traitement type. Il faut adapter l'entraînement aux possibilités physiques du moment. Il est particulièrement important de veiller au respect d'une hygiène de vie stricte (alimentation/hydratation, sommeil, détente musculaire par massages, bains chauds, saunas), en dernier recours, une thérapeutique médicamenteuse pourra s'avérer necessaire.


Traitement du surmenage

- suspension de toute activité sportive pendant 4 à 6 jours
- marches lentes dans la nature avec larges mouvements repiratoires
- massages calmants
- douches et bains chauds
- suppression des excitants (café, thés, alcools, tabac)
- recherche d'ambiance calme
- prise modérée de complexes vitaminiques (B1, B6, B12, C) en début de journée
- prise quotidienne pendant 7 à 10 jours d' ATP (prescription médicale)
- dormir le plus possible à l'aide, si besoin, de calments bénins (plantes, ...) ou de somnifères légers.

En ce qui concerne le sommeil, 8 à 9 heures par jour seront necessaires. Les conditions d'un bon sommeil seront remplies si :
- les conditions matérielles sont convenables : pas plus de 18°C, bonne aération, degré hygrométrique favorable, couverture légère, absence de bruit et de source lumineuse.
- soirée terminée par une activité calme
- digestion terminée
- séance d'entraînement de la fin de journée terminée par une activité relaxante de retour au calme
- périodicité régulière des heures de coucher respectée.

Article Tags: #fatigue
0 commentaire